Science In The City: un bénévolat réjouissant!

Comme je l’avais indiqué dans mon article précédent, je participais quelques jours en tant que bénévole au festival Science in the City, qui s’est achevé ce dimanche 15 Juillet 2018 à Toulouse. Le rôle des bénévoles : principalement l’accueil du public, au village des sciences place du Capitole mais aussi à la Chapelle des Carmélites abritant une installation artistique sur le thème du cœur (voir photo ci-dessous). Retour sur cette expérience réjouissante.

Pas que j’en aie vraiment douté, mais aussi basique que cela puisse paraître, j’aime bien accueillir les gens ! Proposer des activités ludiques et intéressantes, faire en sorte qu’ils passent un bon moment en famille ou entre amis en les conseillant, qu’ils repartent avec un bon souvenir de Toulouse pour ceux qui viennent de loin : ça me fait  franchement plaisir.

Au village des sciences, les activités furent variées pour le public et super ludiques : certaines duraient une bonne partie des 8 jours de festival, d’autres changeaient régulièrement. Découverte de l’archéologie, chasse aux trésors scientifique, cuisine moléculaire bio, ateliers sur les couleurs, peluchologie, olympiades protons/neutrons (avec médailles à la fin), atelier sur la lumière, docteur pipi atelier sur les reins (qui a cartonné), réalité virtuelle,… Bien sûr, comme tout évènement de ce type avec des tentes en plein cœur de la ville, une partie des visiteurs passe juste voir ce qui se passe et reste 3 minutes,  d’autres se font prendre au jeu et y restent plus longtemps, voire trrrrrrès longtemps, tandis que certains viennent exprès. D’autres encore arrivent directement du congrès professionnel  scientifique ESOF ayant lieu concomitamment.

 

Le plus agréable de l’expérience, c’est le nombre de gens et de gosses venus nous dire en sortant qu’ils avaient passé un super moment. « Et y aura-t-il la même chose l’année prochaine ? » Certains sont revenus le lendemain car ils n’avaient pas pu tout expérimenter. Bien évidemment, à titre personnel je n’y suis pour rien : un immense bravo aux organisatrices Camille et Céline aidées de Clara ainsi qu’aux exposants/scientifiques/médiateurs! Qu’importe, voir le public ravi de participer à des activités scientifiques, c’est un vrai bonheur partagé et ça vous donne la banane malgré une chaleur écrasante (35°C youhouuuu).

De l’intérieur, on se rend compte aussi du nombre d’imprévus à gérer par les organisatrices, comme cette panne d’électricité sur la place du Capitole le jeudi suite à l’incendie d’un restaurant la veille, provoquant l’annulation de quelques activités (les exposants ont été hyper réactifs pour proposer des alternatives). Ou encore l’annulation complète de la journée du dimanche 15 pour cause de finale de coupe du monde. L’injonction la veille au soir de fermer le village des sciences à 17h pour commencer à tout ranger (mais où trouver du staff, des camions, des endroits pour stocker en si peu de temps et accessoirement un 14 juillet…). Et puis les innombrables détails pratiques à gérer : qui peut se garer où, où trouver une table en plus (une belle équipe de régisseuses au fait !), etc etc. Un festival comme celui-ci, c’est aussi accueillir Frédérique Vidal la ministre de la recherche, sa délégation, le Préfet, quelques députés et le maire de Toulouse venus saluer un stand du rectorat où d’excellents collégiens présentaient leurs travaux (comme le IFood présenté ci-dessous).

Et puis il y a les insolites :

    • Répondre au monsieur qui demande si ici on vend des vêtements (?!)
    • Se retrouver nez-à-nez avec un dinosaure ! (Ouf un faux, échappé du muséum dans le cadre d’un jeu)
    • Rentrer dans un colon gonflable, destiné à sensibiliser le grand public sur le cancer colorectal. Entendre un animateur lancer à son groupe de mômes « allez, on rentre par le culcul » 😊
    • Modérer la meuf chelou de la sécurité (vraiment chelou !) qui, entre autres propos biscornus, a tenu tout un discours à une dame sur la dangerosité de son pot de bolognaise Panzani (?!)
    • Voir des livreurs à vélo, pressés, s’arrêter au village ou à la chapelle des carmélites faire un break culturel
    • Ecouter à l’aide d’un stéthoscope et d’un casque son cœur qui bat dans une chapelle dont j’ignorais même l’existence (et la magnifique création artistique hEARt)

Je ne vous parle même pas de l’intégralité du festival dans les autres lieux de la ville, comme cette superbe série de portraits de femmes scientifiques exposée notamment dans les vitrines des Galeries Lafayette, et ce en période de Soldes, une prouesse de com’ ! Sur 120 évènements, je ne peux évidemment tous les citer et n’ai pas pu tous les voir…

Bref, une belle expérience pour moi qui souhaite travailler dans le milieu de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI comme on dit dans le milieu !). Une façon aussi de découvrir une infime partie émergée de l’immense boulot fourni en amont pour préparer ce festival et le gérer au quotidien, ainsi que de nombreux acteurs du domaine. A bientôt pour de nouvelles expériences, et vive Toulouse, Cité Européenne de la Science 2018 ! L’année n’est pas finie !

PS : agenda complet ici : https://toulousescience2018.eu/agenda/ Nuit des étoiles, nuit des chercheurs, fête de la science, scientilivre,….

PPS : Camille, Céline, Clara, n’hésitez pas à grossir la liste des insolites et des imprévus en commentaires…En encore merci pour votre accueil !

Partager

Une réponse à “Science In The City: un bénévolat réjouissant!”

  1. Merci pour ton avis et pour ton témoignage ! J’aurai vraiment, vraiment adoré y participer mais au moins tu me le fais vivre un petit peu !
    Ravie de voir que cela t’a plu en tout cas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*