Météorites: Et si vous alliez toucher la Lune? [Paris]

Peu adepte des espaces borgnes en journée, j’ai un doute en empruntant l’escalier sombre menant au sous-sol de la Grande galerie de l’évolution, à Paris. Puis je me retrouve face à un grand écran, projetant un doux ciel de nuit surplombant un paysage de forêts et de montagnes, à peine troublé par le ballet des étoiles filantes et des météores. L’impression d’en faire partie. Mon voyage au cœur des météorites a déjà commencé.

D’abord, il me faut répondre à la nébuleuse question : qu’est-ce qu’une météorite ? Il s’agit d’un morceau de roche d’origine extraterrestre qui a survécu à la traversée de l’atmosphère. Qui est tombé sur Terre donc. Et il en tombe pas mal : environ 5000 par an… Dans le premier espace de l’expo, le visiteur est amené à toucher diverses pierres dans une scénographie très bien pensée. J’y déambule au milieu d’improbables photos, comme celle d’Elisabeth Hodges qui se reposait tranquillement sur son canapé en ce 30 novembre 1954 lorsqu’une météorite perça sa toiture, rebondit sur sa radio pour finir sur sa hanche.  Pas de bol…

Enfin ça, on l’explique maintenant…Quelques siècles plus tôt, cette théorie paraissait complètement farfelue et les blessures ou accidents liés à une chute de météorite étaient interprétés soit comme des évènements mystiques, soit comme des pierres provenant de volcans ou frappées par la foudre. Et figurez-vous que c’est une saynète jouée par des hologrammes qui me l’a appris ! Bluffant, on se croirait vraiment en face de Chladni, le physicien allemand à l’origine de la théorie extraterrestre.

Après avoir écouté « radio dino » interviewant un dinosaure racontant tristement la disparition de sa famille, j’entre dans le dispositif phare de l’expo : une sorte de petite géode (espace en forme d’igloo…) dans laquelle on peut s’allonger confortablement. Et on embarque pour 7 minutes de film sur l’histoire du système solaire et sur l’origine des météorites, comme si on était à bord d’un vaisseau spatial. Superbe. J’en ressors toute petite face à l’immensité qui nous entoure.

Enfin, la dernière salle est consacrée à l’histoire des météorites et à ce qu’elles révèlent, avec de nombreuses pierres exposées. On peut visionner un film sur des chercheurs sillonnant un désert d’Amérique du Sud à pied à la recherche de météorites. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin ? Mais armés d’une minutie et d’une patience sans failles, ils en trouvent.

Je retiens également de cette visite une expérience que je n’avais pas imaginée : j’ai touché un morceau de Lune ! On touche, on joue, on contemple, on apprend tout au long de cette expo. Vous l’aurez compris, je conseille à tous cette parenthèse hors du temps et de l’espace quotidien, que ce soit par passion pour le sujet, pour le plaisir des yeux ou simplement pour s’évader très très loin…

« Météorites, entre ciel et terre », Museum National d’Histoire Naturelle de Paris, Grande Galerie de l’Evolution. Exposition temporaire jusqu’au 10 Juin 2018. Toutes les infos sur le site dédié. 

Note : pour deux photos : crédit MNHN

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*