La Recherche a un incroyable talent (MT180)

Résumer 3 ans de vie professionnelle en 3 minutes, c’est déjà en soi un challenge. Alors quand ces 3 ans portent sur des sujets aussi ardus qu’une « approche eulérienne de l’équation de Hamilton-Jacobi par une méthode Galerkin discontinue en milieu hétérogène anisotrope et son application à l’imagerie sismique » et qu’il faut s’adresser à des non-initiés (euh, il y a vraiment des initiés ???), cela relève de l’exploit ! Un exploit réussi par Philippe LeBouteiller, vainqueur de la grande finale nationale du concours « Ma thèse en 180 secondes » le 13 juin dernier, dont la vidéo est à retrouver ci-dessous. Ses explications limpides, sa comparaison très parlante entre le suivi du trajet ondes sismiques et le suivi du trajet des voitures par Bison futé, et son éloquence claire l’ont mené directement vers la victoire.

Au-delà du vainqueur, c’est tout un concours qui s’est affirmé cette année encore avec des doctorants traitant de sujets très variés. La salle comble du TNT de Toulouse où avait lieu la finale jeudi 14 juin dernier en atteste, tout comme les retransmissions en direct dans divers lieux (cafés, universités, etc) ainsi que les vues sur les réseaux sociaux (par exemple 21000 vues 24h après la finale pour Philippe Le bouteiller).

Ce concours mériterait amplement une couverture médiatique beaucoup plus large. La recherche publique reste souvent dans les labos et paraît assez incompréhensible au plus grand nombre. Il faut dire qu’en voyant l’exemple des sujets de thèse, on bute souvent rien que sur les intitulés : étude de la résistance aux inhibiteurs de tyrosine kinase dans la leucémie myéloïde chronique par criblage CRISPR/Cas9 ou encore développement d’une méthode de conception combinatoire autour d’un langage algorithmique (Je m’arrête là pour les exemples, voir le sujet du gagnant ci-dessus : la palme !).

Or les sujets de ces thèses sont souvent faciles à relier avec la vie courante : comme Christophe Kusina qui amène son sujet sur l’étalement des fluides par l’étalement de la crème solaire, Christelle Kouakam travaillant sur l’exposition prénatale aux pesticides en analysant…des couches souillées, ou encore Clément Chagneau abordant la guerre du pain au chocolat versus chocolatine pour illustrer sa thèse sur  la mise en place de méthodes et outils permettant d’explorer les interactions entre données géographiques et données géolinguistiques.

Trop facile la chocolatine? trop divertissante la crème solaire ? pas assez scientifique la couche ? funky mais pervers ? Ce concours ne fait pas l’unanimité, comme par exemple chez ce maître de conférences énervé dans son post de blog sur le sujet, bien titré : « ma thèse en 180 secondes. Et ma main dans ton pitch à la con. »

Pour ma part, je ne juge pas l’exercice comme un « détournement de l’université de sa mission première » mais plutôt comme une façon d’amener la recherche vers un public non spécialiste (euh genre moi quoi !). Citer des cas concrets, parler d’une facette de son quotidien de chercheur, évoquer l’utilité de son travail etc. Bien sûr que 3 minutes ne suffisent pas à vulgariser réellement des sujets aussi pointus mais cela permet de sensibiliser aux sujets traités, parfois même à découvrir des disciplines (le géolinguisme par exemple !) et ça me paraît déjà pas si mal. Et puis on ne peut pas parler de sa thèse QUE dans des conférences de 3 heures…

Le format de 3 minutes est idéal : assez pour donner envie de s’y intéresser, trop court pour s’ennuyer. Tout le monde est gagnant : le doctorant qui acquiert non seulement la capacité d’expliquer simplement sa thèse (ce qui doit lui prendre la tête en soirée, reconnaissons-le) mais aussi une visibilité, et le public qui s’informe de façon ludique. Pourquoi pas une médiatisation bien plus large, du même type que d’autres concours à succès pour atteindre un public nombreux à une heure de grande écoute? Qu’en pensez-vous?

PS: Bravo à tous les finalistes!  Vidéos à retrouver sur le site de MT180 ainsi que sur YouTube…

Image 101prod extraite du site www.mt180.fr

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*